Aveyron - France

L’actualité Saint-Cômoise

Le 20 septembre : Le préfet visite Saint-Côme

Placée au carrefour des routes départementales RD987 et RD6, la ville de Saint-Côme ouvre, sur le GR65 qui constitue le Chemin de Saint-Jacques, l'itinéraire du tronçon Saint-Côme-Estaing qui a été reconnu comme faisant partie du "Patrimoine mondial de l'humanité" par l'UNESCO en 1998. Elle bénéficie, d'autre part, du label des "Plus beaux villages de France".

S'inscrivant dans le programme prioritaire des dernières élections, le projet de rénovation des entrées du village et de la voie RD6 répond à une double nécessité: faciliter et sécuriser la circulation des usagers quels qu'ils soient, piétons, cyclistes ou automobilistes tout en améliorant l'attractivité du village. C'est par ces mots que le maire, Bernard Scheuer, a accueilli, ce mercredi matin, 20 septembre, M. Louis Laugier, préfet du département. Ce dernier avait souhaité venir découvrir l'avancement des travaux de rénovation des entrées du village et des avenues d'Espalion et de Saint-Geniez. Entouré de ses adjoints et des responsables des entreprises, Jean-Michel Puech (E.G.T.P.), Christophe Bois, architecte- paysagiste et Gregory Martinez du cabinet Sud-Infra ainsi que de Luc Maulion (NETTO), le maire a décrit les caractéristiques de ces importants travaux en remerciant le représentant de l'Etat pour son haut niveau d'intervention financière. Il mettait l'accent sur le souci de faire intervenir, dans le respect des procédures, les entreprises locales et ce, d'autant plus, que les salariés de ces entreprises habitent bien souvent, pour certains, le village ou ses environs.  En réponse, le préfet a tenu à souligner l'importance de ces investissements qui doivent permettre d'améliorer un cadre de vie, de favoriser l'implantation de familles, notamment en recherche d'emplois.

La visite, à pied, a permis de parcourir les 1 200 m, depuis l'entrée ouest jusqu'au pont, puis de remonter jusqu'à Malet où la Mère Supérieure a eu plaisir à retracer l'histoire de cet établissement en le faisant visiter à l'ensemble du groupe.

Au cours de cette large pérégrination, ont pu être évoquées les contraintes qu'il a fallu lever pour monter de tels projets et les solutions prises qui se traduisent dans de nombreux domaines. Chaque entrée du village se doit de préserver un cône de vision en privilégiant une approche douce de la silhouette du bourg et de son clocher. Le carrefour de l'entrée ouest  constitue un espace charnière par la création d'une place traversante. Les fossés de la RD6, très rectiligne, sont comblés et la voie sera bordée d’un trottoir côté nord, et plantée d’arbres à fleurs sur des petites banquettes fleuries, positionnées en alternance à gauche ou à droite, obligeant les véhicules à rouler à une vitesse réduite et permettant de gérer le stationnement latéral.

Dans le même temps, l'enfouissement des réseaux secs et humides dégagera la vue et l'usage partagé de la voirie (5 m à 5,50 m pour les voitures) entre les vélos et les voitures permettra un cheminement piéton (de 1,60 m à 1,80 m) confortable sur un trajet protégé qui sera ponctué d'espaces de rencontre.

Les banquettes seront fleuries grâce à l'implantation de plantes vivaces et de graminées. Elles accueilleront, pareillement, une grande variété d'arbres d'ornement et de haies champêtres composées d'essences locales. Des cheminements allant de la route de Boraldette jusqu'à celle des Plantiers à Lévinhac ont déjà été apprivoisés par les promeneurs et les enfants.

 Une soixantaine de places de stationnement borderont le côté droit de la voie incluant un parking de 24 places aménagé au milieu du parcours allant de l'entrée ouest jusqu'au pont.