Aveyron - France

L’actualité Saint-Cômoise

Saint-Côme, capitale des cépages modestes

Vignerons, journalistes, amateurs, experts en viticulture et en ampélographie(l’étude des variétés de raisins) se sont retrouvés du vendredi 10 novembre au  dimanche 12 à la salle des fêtes pour renouveler  leur rencontre annuelle. Près de 130 personnes ont ainsi pu échanger leurs expériences, assister à des conférences sur les cépages rares du Bordelais, du Jurançon ou du Portugal, et... participer à des dégustations de cuvées originales et peu connues .Ce mouvement de la renaissance des cépages anciens connaît de plus en plus de succès. Il a même son livre, « A la Rencontre des cépages Modestes » (Dunod). Il est remarquable qu’il ait choisi de s’enraciner au cœur de l’Aveyron, département de très anciens vignobles, qui compte quatre appellations; Marcillac, Côtes de Millau, Entraygues-le-Fel, Estaing -avec des cépages historiques : fer-servadou ou mansois, mauzac, roussellou, mouyssaguès, abouriou...

Un programme de choix

Les participants ont surtout eu le grand plaisir de participer et débattre sur des sujets pointus menés par des conférenciers passionnés et de grand talent. C’est ainsi, que tour à tour, Marc-André Selosse, professeur au Museum d’histoire naturelle de Paris et président de la Société Botanique de France a abordé le thème: « Le vin, un écosystème microbien». Joëlle Brouard, ancien professeur de marketing et directrice du mastère spécialisé en commerce international des vins et spiritueux a parlé  « occurrence des noms des cépages modestes sur internet ».

André Deyrieux et Henri Galinié de leur     « démystification». La contribution de l’agronome Julia Riffault sur « Les cépages modestes du vignoble bordelais» n’a pas manqué de susciter l’attention. Tout comme « Le vignoble de Jurançon et ses cépages  modestes » avec le passage à la loupe de quatre cépages (présentation, dégustation et commentaires) de l’Abouriou, le Cournoise, la Bourboulenc et l’Orbois-Menu Pineau. Si le dimanche matin l’ampélographie bretonne a éveillé la curiosité, le vignoble invité du Daoau Portugal a consisté le plat de résistance avec la participation de Tiago Boardosa, caviste à Paris et  le témoignage d’Antonio Madeira, vigneron en Dao qui cultive de vieux cépages locaux au bord de l’extinction. Alors qu’une petite douzaine de cépages se partagent l’essentiel de la production française, de nombreuses variétés de raisins délaissées et pourtant épatantes ont failli disparaître. Fort heureusement, des vignerons de valeur, partout en France, le remettent en culture et... en bouteilles. Avec un succès croissant.

Le séjour à Saint-Côme a bénéficié du cadre accueillant de Malet et les visiteurs n'ont pas manqué de visiter, outre le centre du village, les stands du marché dominical, au plus grand plaisir des commerçants installés.