Aveyron - France

L’actualité Saint-Cômoise

Les trésors du château-mairie

Les trésors du château-mairie

Le conseil municipal du 1er février a dû prendre une délibération pour traiter le contentieux issu des travaux d’aménagement du château. Comme on le sait, les projets antérieurs visaient à restructurer ce bâtiment et à le rendre accessible à tout le monde. Malheureusement, les choix architecturaux retenus n’ont pas été effectués selon les règles de l’art. Non seulement, ils ne satisfont pas aux critères de préservation des monuments historiques, mais, les procédures réglementaires des marchés publics n’ont pas été respectées. Ainsi, aucune mise en concurrence a présidé au choix de l’architecte alors même que le montant total des travaux devait s’élever à 1,2 M€...

Depuis lors, des études ont été engagées par la Société archéologique du Midi de la France. Ainsi, la datation de la charpente des combles a été réalisée par dendrochronologie (étude des cernes du bois), à partir de plusieurs carottages. Il apparaît, selon le cabinet C.E.D.D.R.E. de Besançon, que cette charpente provient d'arbres "abattus pour au moins, une partie d'entre eux, en automne-hiver 1487-1488...La majorité des chênes utilisés est équarrie à la hache, certains bois, de plus forte section sont débités en quartiers à la scie de long pour réaliser des jambettes".

Ces premiers résultats démontrent tout l'intérêt de mener une étude globale de ce  bâtiment du XVe siècle pour en établir, objectivement, tous les éléments de valorisation. Confirmation en a été donnée, à l'issue des visites successives de Mme Ariane DOR, conservatrice du patrimoine et  des Monuments historiques de Midi-Pyrénées accompagnée de M. Laurent FAU, conservateur du patrimoine pour l'Aveyron, de Mme Aline TOMASIN, déléguée régionale de la Fondation du Patrimoine, puis de M. Jean-Baptiste BOULANGER, architecte des Bâtiments de France en charge du département. Tous ont pu constater l'état du monument, ses caractéristiques techniques et les désordres occasionnés. Ils regrettent, notamment, la suppression de la salle dite "des hommages" où se déroulaient les conseils municipaux et les mariages. En conséquence, la décision a été prise de saisir la D.R.A.C. de Toulouse pour que les projets de valorisation et d’aménagement à long terme s’appuient, préalablement, sur une analyse du bâti. Ce dossier est suivi, en partenariat, avec M. Thierry Plume, président de l’association Saint-Côme, Patrimoine et Culture.